ronces et ruines à Meyronne ( troubaderesse Na Castelloza, 2)

Publié le par marybel dessagnes et chantal robillard

 

 









2. Ronces et ruines à Meyronne 

 

( sextine)

 

 

 

 

1.

 

N’ayant vu que ronces

N’arriver aux ongles,

Navire vert aux fleurs,

Naviguer d’inverse.

Narrer à mon oncle

Navrant « conte aux ruines ».

 

 

 

2.

 

Na, ce sont tes ruines !

 N’approcher tes ronces ?

N’amener mon oncle ?

Nageant sous son ongle,

Nature s’inverse,

Nacre en forme de fleur.

 

 

 

3.

 

N’attraper nulle fleur,

N’amasser vent ; ruines

N’aimer, sens inverse,

N’attirer que ronces.

N’arrimer ses ongles :

Na(u)tilus  furoncle.

 

 

 

 

 

 

4.

 

N’avait vu mon oncle,

Naguère taxi, fleur

Nappée sous son ongle.

N’abîmons ces ruines,

N’accrochons aux ronces

Nattes : tresse inverse.

 

 

 

5.

 

N’aiguillons rein vers ce

Natif d’ici, l’oncle.

Naval champ de ronces,

N’armer d’épines fleurs.

N’a château que ruines,

N’a vallée que jongle.

 

 

 

6.

 

N’a incarné l’ongle,

Navette à l’inverse.

Nazis vus à Ruynes :

N’avait seize ans l’oncle,

Naïfs tués en fleur,

Narines sous ronces…

 

 

 

Tor NA de .

 

Ronces : castel pour Na.

Ongle écrire mena,

Fleur d’encre mâchonna.

Inversa siècles, Na.

Onc les rimes tourna

Ruines trouva Domna.

 


 

 

© Chantal Robillard

 

 



 

 

 

l'oncle Henri, guéri de son furoncle, à Lavaudieu...

 

photos prises à  n-d d'estour, prades et lavaudieu, nov 2008 © Ch.R.

 

cette sextine est aussi un hommage à "la fleur inverse" d'Arnaut Daniel, puis de Jacques Roubaud.

 


 

 

 


Publié dans textes oulipiens

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article