collège de Masevaux : intervention auprès de 6èmes, 2.

Publié le par chantal robillard lectures

(Cendrillon plait toujours, Alain,  il faudrait la rééditer... le collège n'a trouvé qu'un seul exemplaire disponible !)

 

P1210605.JPG

 

 

 

 

 

pour aller à Masevaux, il fallait prendre le train, aux aurores, jusqu'à Mulhouse.

là, on venait me chercher en voiture, car aucun autre moyen d'accès n'existe :

c'est un fond de vallée et les trains ne circulent plus.

 

 

mais malgré l'éloignement, le froid polaire, quelle chaleur dans l'accueil !

quelle spontanéité parmi les enfants, qui pourtant avaient bien préparé la visite !

deux petites filles, juste à côté de moi, me dévoraient des yeux.

des garçons croyaient que j'allais arriver en limousine !

 

l'enseignante m'avait prévenue juste avant :

"ils vous croient riche et fréquentant les stars américaines !"

 

P1210597.JPG

 

 

 

 

 

le portrait chinois...

 

 

 

 

des questions amusantes ou insolites :

 

P1210598.JPG

par exemple :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

quelle est votre marque préférée ?

quel est votre plat préféré ?

 

 

voici un compte-rendu, envoyé par l'enseignante, Mme Kormann :

 

 

 

Rencontre avec l’écrivain
Chantal Robillard
Mardi 07 février 2012  de 10h à 12h


I/Je pose des questions à l'auteur à propos des Sept fins de Blanche Neige:



1/Elève de 6ème : Pourquoi avez-vous choisi le conte de Blanche Neige ?
Qu'est-ce qui vous a inspiré ?
Réponse de Chantal Robillard : C'était suite à un accident, j'étais immobilisée, allongée dans mon lit, et je regardais mes 3 bouleaux dehors, dans le jardin. Je me suis dit „je suis comme Blanche Neige dans son cercueil de verre, vivante, mais ne pouvant rien faire.“

2/Qui est votre personnage de conte préféré ?
C'est Vassilissa la très sage, un personnage d'un conte russe. Vassilissa en Russe signifie la basilique, la cathédrale. J'étais professeur de Russe quelque temps,  j'aime beaucoup les auteurs et la littérature russes.

3/La plupart des histoires de votre livre se déroulent à la campagne.  Préférez-vous la campagne à la ville  ?
Je préfère la campagne mais j'habite à la ville. J'aime les théâtres, les cinémas et la culture qu'offre la ville. J'habite près de Strasbourg et  j'ai un petit bois derrière chez moi.

4/En combien de temps écrivez-vous une histoire ?
Je mets plusieurs mois pour un texte qui  ne comporte que des „e“  mais les poèmes me viennent comme un jaillissement et je ne mets que quelques minutes pour en écrire le premier jet. Les histoires prennent plus de temps car il faut un début, un milieu et une fin. Pour Les Sept Fins de Blanche Neige j'ai mis deux ans.

5/Dans „Encore une impossible à sortir“. Pourquoi avez-vous choisi un escargot ?
J'ai choisi l'escargot car il porte sa maison sur le dos. C'est aussi une référence à Jacques Jouet que j'ai invité en résidence avec le journal L'Alsace et qui a écrit ensuite „Le point de vue de l'escargot“.

6/Quel est votre conte préféré ?
J'aime Les Fées de Perrault car c'est un conte très manichéen qui m'a marquée étant jeune, la fin me faisait peur... Je pensais à la méchante fille, Fanchon, qui n'était méchante que pour plaire à sa mère et être bonne à ses yeux, (c'est la mère qui était méchante) et qui a fini sa vie à crever de faim au coin d'un bois.
J'aime bien prendre un point de vue différent, comme par exemple dans Cendrillon, on n'est pas obligé de prendre le point de vue de Cendrillon, je peux aussi comprendre celui des deux soeurs, ou prendre l'avis du rat transformé en cocher : chacun a sa voix et donne un autre éclairage sur l'histoire.

7/Pourquoi  dans „Une forme humaine recouverte de dentelle noire“ Blanche Neige tient-elle un bouquet de myosotis ?
Myosotis  en allemand c'est Vergissmeinnicht, en anglais, Forget me not. Elle tient un bouquet de Myosotis car elle ne veut pas être oubliée.

8/Savez-vous manier les fuseaux de buis pour faire de la dentelle comme dans „Le couvige allait bon train „ ?
Ma grand-mère était dentellière et j'ai appris à manier les fuseaux de buis . La position est difficile à tenir et casse le dos, les dentellières sont toutes courbées. J'ai retrouvé cette position avec l'ordinateur : il faut être très vigilant à bien se positionner devant le clavier, pour ne pas se faire mal au dos.

9/Quelle est votre méthode de travail pour écrire des textes qui ne comportent que des e comme dans „Belle Chenenge et les sept merles „ ?
Ce texte s'appelle un monovocalisme, à l'oral cela ne s'entend pas. Cela nécessite tout un travail de recherche des mots dans des registres différents, dans le vocabulaire technique de différents métiers et bien sûr dans le dictionnaire, car l'histoire doit avoir un sens. 

Actuellement, je fais des lipogrammes en „a“ pour une anthologie sur les dragons.

 

 

 

 

P1210593.JPG

 

(à suivre)

Publié dans rencontres scolaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Elisabeth 27/02/2012 08:40

En effet, l'intérêt des enfants et l'enthousiasme de l'intervenante jaillissent des photos. Heureux enfants, comme dit Pitchenette. Ce sera intéressant de voir ce qu'ils ont écrit pour le
Printemps.

chantal robillard lectures 28/02/2012 10:28



oui, j'ai demandé à re-faire partie du jury du Printemps de l'écriture, où j'étais pendant longtemps. c'était toujours intéressant de voir que quel que soit le sujet choisi par
l'enfant, les textes tristes prévalaient : ça m'a toujours frappée, comme si ceux qui sont contents n'avaient rien à écrire...