concert pour les Rhubarbus

Publié le par marybel dessagnes et chantal robillard




Nouvelle  pour les Rhubarbus, groupe des Rhubarbichettes

 

 













 

 

Concert


( tautogramme )

 

 

 

 

Courbure d'un ciel cuivré au couchant. Clameurs de la cité calmées. Collés aux carreaux des cubes communaux, des citadins chuchotent.

 

A la cime d'un de ces cubes, près des cheminées, au coin d'une corniche crème, ciselée d'un colimaçon en carrare, courbure d'un concertiste sur sa contrebasse.

 

Coulissement des cordes sous les caresses, coulées d'un concerto candide, d'un caprice chantant. Campé contre sa caisse claire, il chaloupe en son chant, cherche le coeur des choses, creuse son chemin en une cavatine cordiale, créative.

 

Chacun a ceint son casque et s'est connecté, ou s'est calé contre la croisée, en sa chambrette : toute une cité charmée, consciente du courage du concertiste chenu. Cohérence du contrebassiste et du cosmos, sans crispation, sans compulsion, concentré comme un Cézanne au chevalet, un Chopin en concert, un Corbusier au chantier. Climax de sa carrière.

 

Coup de cymbale : un criaillement coléreux de cormoran au ciel, un contre-ut criminel. C'est sa corniche ! Couac. Clac. Se courbe complètement et cligne comme sous chiquenaude le contrebassiste. Cille, confus, chavire... et chute, chute. Chu. Sans un cri.

 

A cent coudées, sur le campus, un chien, cinq chats, une contrebasse cassée, un corps coulant dans le canal.

 

  • Trop court ! Crie le cinéaste au caméraman. Le cordon s'est coupé ! Chargez-moi ce crétin dans le camion !

 

Se chauffant dans son carrosse tout en courbes, Cendrillon.

 





© Chantal ROBILLARD


 















à vous, maintenant, d'imaginer quelle illustration
pourrait
faire suite à ce texte...

moi, j'y mets mes Cendrillons, mais vous ?

comment continueriez-vous
ce texte à rebondissement
par une image ?


et  la rhubarbichette  qui m'a suivi,
qu'a-t-elle imaginé ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(la photo du haut montre une partition de Marybel pendant le concert du 8 mars 2009, les deux autres sont prises au Maroc)

Publié dans textes oulipiens

Commenter cet article