Intervention auprès d'enseignants en Autriche, 3.

Publié le par chantal robillard lectures

 

 

Stage sur la poésie en Autriche, 3.

 

vienne-Schoenbrunn.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Bien sûr, j'ai cherché partout dans mon sac.

Cependant, en pleine rue, ce n'était pas facile.

Bien sûr, je suis retournée prendre un café viennois quelque part, au plus près.

Cependant, on me regardait bizarrement tandis que je fouillais et  retournais besace sur la table du très chic salon de thé.
 
Bien sûr, je ne trouvai rien.

Cependant, il fallait rentrer à l'hôtel. Peut-être avais-je laissé le passeport sur le lit, dans un tiroir, sur la table de chevet, dans ma valise ???

Bien sûr, j'avais ma carte d'identité, ce n'était pas si grave. Mais toutes les démarches à faire pour déclarer la perte (ou le vol ?), un dimanche en toute fin d'après-midi... brrr !

Cependant, il fallait se bouger, quitter le lieu si rassurant, et affronter la suite.

 

vienne-cafes-2-daniele-boone.jpg

photos tirées du blog  :

www.daniele-boone.com/cafes-de-vienne

 

 

 

 

 

 

Bien sûr, arrivée à l'hôtel, le passeport était bien au chaud au fond de la valise, avec ma carte grise et mon carnet de vaccination ! J'avais dû l'y mettre le matin, quand j'allégeai mon sac de tout ce qui était inutile à porter un dimanche, me disant qu'il valait mieux n'avoir qu'un seul papier d'identité sur moi.

Cependant, je n'avais aucun souvenir, aucun, d'avoir glissé ce passeport dans le bagage, moi qui ai mémoire bonne !

Bien sûr, c'était la visite de l'appartement de Freud qui m'avait troublée la veille, au plus haut point. Je faisais alors une analyse : perdre son identité pendant quelques quarts d'heure n'était donc pas neutre...

Cependant, tout était bien qui finissait bien pour l'épisode viennois... Le lendemain, il faudrait partir aux aurores pour les montagnes, à une heure de train de Vienne : là se trouvait Raach, lieu du séminaire.

Bien sûr, c'était trop beau : le lundi matin, levée très tôt après avoir peu dormi, je me hâtais de me démêler les cheveux au sortir de la douche et... la brosse en sanglier me  resta planté, bien embroussaillée, dans la crinière.

Cependant, impossible de l'enlever, malgré l'arrachage d'une bonne poignée de cheveux au passage...

Bien sûr , il allait falloir couper toute la mèche ! Mais je n'avais même pas de ciseaux. Que faire ?

Cependant, l'heure tournait...

 

 

vienne-stephansdom_13.jpg

(horloge de Stephansdom, Wien)

 

 

 

 


(à suivre)

 

 

 

 

 

 

 

©  Chantal ROBILLARD

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.szr.at/index.shtml

 

link

Publié dans rencontres scolaires

Commenter cet article

Lysette Brochu 02/02/2012 20:58


Il m'est arrivé un jour d'avoir une brosse chauffante prise  dans mes cheveux. J'ai téléphoné à ma belle-soeur qui habitait alors à quelques maisons de chez nous. Elle est accourue à mon
secours... Elle avait dû couper une bonne mèche de ma crinière. Quel souvenir!


Eh bien, ma chère Chantal, arriveras-tu en retard à Raach? Seras-tu présentable?

chantal robillard lectures 03/02/2012 13:39



ah ah, tu vas le savoir demain...



Alain Avèle 31/01/2012 16:18


Bien sûr, le trou de mémoire ? ça arrive à tout le monde !


Cependant, il faut craindre d'âtre plus proche d'Aloïs que de Sigmund !


Bonne semaine à toi !

chantal robillard lectures 31/01/2012 18:21



bien sûr je penserai à tes dessins en écrivant la suite... cependant je ne pourrai en dessiner à mon tour !



pichenette 31/01/2012 11:48


Bien sûr j'attendais la suite, cependant l'arrivée du sanglier dans tes cheveux m'a surprise! Bien sûr, j'attends la suite avec encore plus d'impatience, cependant, je suis tout de même inquiète
pour toi...

chantal robillard lectures 31/01/2012 18:20



bien sûr, ça traîne un peu en longueur,


mais


cependant j'aime bien l'idée du feuilleton XIXème siècle.