le sirène des canaux

Publié le par chantal robillard lectures

 

je viens de retrouver (vive internet !) ce poème en forme de haïkus partiellement mononyllabiques,

écrit après arpentage autour des nombreux canaux et ruisseaux

qui parsèment Colmar, - la "petite Venise" alsacienne :

 

 

 

Le sirène des canaux

 

 


Si, par une nuit
De novembre un voyageur
Colmar parcourait,

 

Cabotant sur Lauch,
De Piccola Venezia
Au Quai de la Sinn,

 

Consulterait au
Cloître des Dominicains
Livre enluminé,

 

Dans les fonds anciens
De la bibliothèque
Célé, révélé.

 

Vers canaux ou rus,
-Weiss,
Lauch,
Thur,
Sinn,
Fecht,
Semm,
Ill-,
Naviguerait par

 

 

Canal des moulins.
Puis, ru des menthes poivrées,
Poursuivrait la Luss.

 

 

Canal des Tanneurs,
Ruisseau des bouilleurs de cru
Chercherait la Bleich.

 


Tourne-virerait
De canal asséché en
Ruisseau pollué :

 

 

Mais
Qui
Nous
A
Donc
Versé égouts dans la Lauch,
Par
Les
Champs
De
Blé ?

 

 

Saluerait bien bas
Vieux maraîcher recreusant
Son puits artésien.

 

 

En apnée courrait
Par canaux sous les maisons,
(Eaux vives souillées).

 

 

Ayant exploré,
Ne trouvant licorne aimée
Voguerait jusqu’au

 

 

Salon du livre, où
Chercherait à travers stands
Qui l’a dessiné.

 

 

Trouverait l’auteur,
L’illustrateur, l’éditeur,
Et... un pliajeu !

 


© Chantal ROBILLARD

 

 

ce poème avait donné lieu, dans sa version courte, à un "pliajeu", 

joliment  illustré par Thierry Chapeau, des éditions Kinkajou ,

à partir d'un plan ancien de Colmar. 

 

pour les non-connaisseurs  de Colmar :

c'est dans le cloître des Dominicains que se situe l'actuelle bibliothèque municipale classée de Colmar.

 

 

 

pliajeux_gd.jpg

Publié dans textes oulipiens

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pascale-Madeleine 14/12/2011 16:28


Je découvre, j'aime beaucoup le rythme vif et amusant.

chantal robillard lectures 14/12/2011 18:24



merci ! c'est le rythme du haïkus 5-7-5, compliqué par les vers monosyllabiques qui le piquent un peu comme des pizzicati.



Pichenette 12/12/2011 21:01


Le dessin est très bien. Mais déjà que je plonge dans mon dictionnaire dès que je te lis, que je dois chercher les traductions des mots italiens, s'il faut en plus que j'apprenne une troisième
langue en plus...

chantal robillard lectures 13/12/2011 20:35



un dialecte, n'oublie pas ! la préparation de ce pliajeu fut passionnante, un ami m'a emmené en voiture tout autour de Colmar voir ces ruisseaux ( souvent enterrés partiellement dans
Colmar même), ou ce qui en reste parfois, car c'est très pollué ou mal entretenu ; il me racontait que dans sa jeunesse on s'y baignait, on y pêchait de la friture... et les noms de certains sont
si beaux : ruisseau des menthes poivrées, quelle merveille ! ou des bouilleurs de cru... et puis ceux aux noms monosyllabiques m'ont fait rêver ( bien que je ne comprenne pas le dialecte !
).


bref, seule, je n'aurais pas trouvé tout cela et me serais contentée par ignorance des 4-5 canaux visibles dans le centre de Colmar. et sans les plans anciens de la ville, prêtés par
la bibliothèque municipale, l'illustrateur n'aurait pas non plus pu concocter son jeu compliqué de pliures.


ce fut une belle expérience collective, finalement , chacun apportant sa pierre à l'édifice et mon sirène en était tout content, lui qui cherche encore sa licorne !


bien entendu, le début du poème est un hommage à ce cher Italo Calvino qui écrivit : "Si, par une nuit d'hiver, un voyageur...".


au fait, pour continuer sur les majuscules des titres :


on écrit "les Sept fins de Blanche-Neige", = majuscule sur le premier mot pertinent du titre, articles exceptés, idem  pour "la
Fontaine aux fées". car c'est sous l'initiale de ce mot-là que seront classés les livres en bibliothèque ( le s, le f), par ordre alphabétique, à
l'intérieur des rayonnages par auteur ou dans les fichiers. mais "Hôpital Cendrillon" sera sous le h.


si le poème de cet article était publié/édité en isolé sur papier, ce serait donc sous "le Sirène des canaux", classé à
s.