les arapèdes, poème pour le Récital de poésie de l'Académie rhénane

Publié le par chantal robillard lectures

 

 

 

 

 

 

 

  arapede.jpg

 

 

photos : musée des coquillages

 

 

 

 

 

 

Les arapèdesarapede-2.jpg

 

 

(carré de quintains)

 

 

   pour Pichenette  

 

 

 Avec lou papé,

On allait cueillir

A Sausset-les-Pins,

Sur rocs et rochers,

Les arapèdes.

 

 

 

Avec un couteau,

L’opinel sacré,

On les arrachait

Non sans mal du roc.

Et on les mangeait !

 

 

 

Là, sur le pouce,

Sans vinaigre ou sel,

On the roc, en fait !

C’était tout chouicheux,

Comme les huîtres.

 

 

 

Là, mou sous la dent,

Bien chiche festin :

Des miniatures

Au fond des coques,

Bah... on avait faim !

 

 

 

On collectionnait

Leurs chapeaux pointus,

J’avais cent colliers.

              Mais jamais je n’ai

Su leur nom savant.

 

 

 

 

 

© Chantal Robillard

 

 

aux dernières nouvelles, les arapèdes auraient disparu de nos côtes méditerranéennes  ?!

on m'a souvent demandé pourquoi j'avais été voir du côté de la drac Paca ; voici l'une des réponses :

souvenirs d'enfance sur la côte bleue !


Commenter cet article

pichenette 03/10/2011 08:50



Arriver à décoller une arapède de son roc, voilà la récompense!


Merci beaucoup pour cette dédicace qui me touche, et ravive mes souvenirs de Carry, souvenirs de Côte bleue!



chantal robillard lectures 03/10/2011 08:58



oui, sans le couteau du pépé, impossible ! il nous le prêtait et pourtant on avait 6-8 ans ; de nos jours on n'oserait plus !


c'est en pensant à Carry que j'ai mis un air de Fernandel, pour accompagner l'article.



elisabeth 01/10/2011 21:38



Emouvant et musical. J'aime beaucoup.



chantal robillard lectures 02/10/2011 10:11



grazie mille !



Nathalie Dau 01/10/2011 10:16



Ce sont des patelles ?



chantal robillard lectures 01/10/2011 19:10



oui c'est ce que j'ai lu, et patella en langage scientifique. je les ai toujours entendues appeler arapèdes, sur la côte d'Azur. il parait qu'elles disparaissent : trop mangées ?
détruites par des prédateurs ? on ne sait pas... dommage ! ce n'était pas très bon, mais joli à voir : tout petits tutus plissés ou éventails ou, turlututu, chapeaux pointus !