intervention auprès d'enseignants en Autriche, 4.

Publié le par chantal robillard lectures

 

 

seminarzentrum_raach_small.jpg

 

 

 

 

 

 



Stage sur la poésie en Autriche, 4.


 

 

 

 

Toujours (ou presque), dans l'urgence j'ai eu les bons réflexes : je descendis quatre à quatre les escaliers pour demander à la réceptionniste de m'aider à débroussailler mes cheveux ; ou au pire couper la mèche emmêlée.

Enfin, pas de chance, c'était un homme, qui ne parlait pas français et fort peu l'anglais.

Toujours, j'ai pu à peu près m'exprimer par gestes : je voulais parler à la dame francophile que j'avais vue la veille, et je montrais mes cheveux embrossaillés.

Enfin, après coup d'oeil rapide et sourire entendu en direction de ma tignasse, l'homme me fit comprendre que sa collègue était en congé, ou qu'elle ne travaillait que le week end.

Toujours il y a une solution : le réceptionniste s'en fut dans sa loge et revint avec un gant mouillé, grâce auquel il me débarrassa, non sans douleur et petits cris de ma part, de l'abominable brosse sanglière, - qui finit sa vie à la poubelle, quand je fus remontée en courant dans ma chambre.

Enfin, au moment même où je redescendais, arrivèrent les 2 dames de l'Ambassade chargées de m'accompagner ; tant mieux, elles payèrent pour moi, alors qu'on m'avait dit d'emporter du liquide pour régler tous mes frais.

Toujours j'ai aimé les trains ; j'étais ravie de tenter l'aventure d'un train autrichien, malgré mon crâne qui brûlait fort, suite au tirage de cheveux.

Enfin, je pus discuter avec ces dames durant le trajet en taxi, puis en train. J'expliquai ce qu'il m'était arrivé et posai la question du week end : n'y avait-il vraiment personne pour me chercher le samedi, ni me faire visiter la ville, même si je m'étais débrouillée assez correctement ?

Toujours nous pratiquons ainsi, me dit-on. S'il fallait s'occuper de chaque intervenant qu'on fait venir, où irions nous : on n'en finirait jamais, on n'aurait plus de vie de privée...

Enfin, de mon côté je pensais à tous les écrivains que j'avais reçus une fois ou l'autre, y compris chez moi, y compris des week ends, en galopant à l'aéroport pour les récupérer, même quand cela ne m'arrangeait pas, mais alors pas du tout, les emmenant parfois à travers toute l'Alsace et...

Toujours dans tout Strasbourg.

Enfin ! C'était sans commentaires.

Toujours j'ai aimé les paysages défilant à travers les vitres des trains... Au bout de quelque temps, je me mis à contempler les montagnes qui approchaient, ayant bien compris que je n'aurai meilleur accueil de ces deux compatriotes.

Enfin, restait à espérer que l'accueil des Autrichiens du séminaire serait plus chaleureux.

Toujours j'ai aimé ces grandes maisons, genre colonies de vacances, centres de séminaires et de stages, souvent sises dans des châteaux bancalous, des manoirs retapés, de grandes fermes-auberges ravalées. Je ne fus pas déçue : on déposa en hâte mes bagages dans une toute petite chambre, (mais c'était la plus belle, avec vue sur les montagnes !), on me fit serrer quelques mains en repassant dans le hall, puis on me mena vers la salle à manger où les stagiaires, arrivés la veille, prenaient leur petit déjeuner. Les deux Françaises allaient me présenter puis repartir, j'avais été prévenue dans le train, et déjà elles regardaient leur montre et trépignaient sourdement.

Enfin, les choses sérieuses allaient commencer.

 

 

 

 

  raach-einbettzimmer.jpg

 

monacale, hyper-propre, la chambre de l'invité(e) d'honneur.

 

 


Publié dans rencontres scolaires

Commenter cet article

Pichenette 07/02/2012 10:33


Enfin à pied d'oeuvre! 

chantal robillard lectures 07/02/2012 18:11



d'arrache-pied même ! mais la suite pour dans qq jours, je suis dans les collèges et lycées en ce moment et n'ai pas le temps...



Elisabeth 04/02/2012 21:42


Enfin, j'ai lu ton aventure autrichienne depuis le premier épisode, ce soir.


Toujours j'ai attendu la suite avec trépidation, et l'attends de même. Les autrichiens compenseront-ils la muflerie des services ambassadesques?

chantal robillard lectures 05/02/2012 11:18



espérons ! la suite dans qq jours, car j'ai mes interventions scolaires en Alsace cette semaine, rentrerai tard et serai fatiguée...