belles suites de mon intervention au lycée professionnel de Sélestat...

Publié le par chantal robillard lectures

une  belle surprise !

 

l'enseignante de Sélestat m'envoie quelques productions de ses élèves de Première,

suite à mon intervention de février dernier.

ils ont travaillé essentiellement à partir de mes "quelques avis sur cendrillon",

qui figurent dans "Hôpital Cendrillon" et voici quelques uns de leurs textes :

 

  *************************************

 L’avis de la chaussure  Enfin je me sens bien dans ma peau ! Comme c’est le bonheur 
d’être passée du statut de laideron à celui de beauté parfaite.
Je brille ! J’illumine ! Je scintille ! Je vénère cette vieille femme
qui, d’un coup de baguette magique, a transformé le sabot que
j’étais en magnifique pantoufle de verre. Je suis trop belle ! Je
m’adore ! Oui c’est ça, je m’adore… Plus belle que moi, ça
n’existe pas !
Florian
L’avis de la belle-mère
Cendrillon… Ah ! Qu’est-ce qu’elle a pu m’énerver cette garce !
Si j’avais pu la tuer… Mais il faut voir le bon côté des choses :
j’en ai bien profité de cette souillon ! Elle a fait le travail à ma
place, elle m’a évité de la fatigue. Mes filles méritent sa place,
c’est l’une d’elles qui aurait dû tomber dans les bras du prince.
Elle m’énerve…
Jordane
L’avis de Javotte Qu’est-ce qu’on l’a attendu le bal du beau gosse ! J’avais mis
mes plus beaux atours, Cendrillon m’avait coiffé pour mettre le
grappin sur le prince et son argent. J’étais folle de joie à l’idée
de cette soirée et encore plus en abandonnant Cendrillon à la
maison. Mais il ne m’a même pas regardé. Il n’avait d’yeux que
pour cette pouf que personne ne connaissait. Se faire si belle
pour rien !
Arnaud
L’avis de la chaussure Une peau douce, un beau pied, enfin ! J’en ai vu passer des
pieds, de tout le royaume ! Tu es la seule princesse digne de
me porter. Pas comme tes vilaines sœurs. J’ai essayé de les
éviter, je me suis faite toute petite pour empêcher leurs gros
pieds dégoutants de me toucher. L’une d’elle y a même laissé
un bout d’elle-même. Quelle barbarie ! Mais c’est de l’histoire
ancienne maintenant. Plus personne ne pourra nous séparer.

Fahri ********************************************************
je trouve très beau que de grands gaillards se soient mis aussi aisément dans la peau d'une pantoufle de verre / vair :
bravo les gars !


continuez, c'est comme cela qu'on finit par comprendre et aimer la littérature de son époque.
à bientôt, car si la même enseignante retrouve cette classe à la rentrée,
nous prévoyons un
"Chantal Robillard, le retour",
pour en reparler... en langue dragon !



selestat-7.JPG













autre photo de la rencontre, floue bien sûr , mais on sent quand même l'écoute et le plaisir de la découverte, malgré le froid mordant.


Publié dans rencontres scolaires

Commenter cet article

Pichenette 03/04/2012 20:11


Comme quoi... On a tous plaisir à apprendre quand c'est intéressant!

chantal robillard lectures 04/04/2012 17:05



oui, et grand merci de ta sympathie vivifiante !



Pichenette 03/04/2012 00:07


Ils y sont allés franco et on sent le plaisir qu'ils ont eu à écrire. Quelle réussite! J'aime particulièrement l'avis de la chaussure!

chantal robillard lectures 03/04/2012 17:51



merci Pichenette, oui je trouve que c'est un vrai régal. et c'est pour cela que j'ai remis une photo, car pour tous ces grands gars, de lycée pro, ce n'était pas évident de chausser
une pantoufle, de vair, de verre ou de vert cuir !